Bienvenue sur le site officiel de la commune de Valergues
Rechercher sur le site

Patrimoine

Les Édifices Communaux

 

L'EGLISE SAINTE AGATHE

 L'église est remarquable par la qualité de son extérieur de Type dit "Lombard" à colonnettes. L'édifice a été bâti à la fin du XIème siècle et au début du XIIème siècle.

HISTORIQUE

Une charte de 1099 que relève le "gallia christiana", fait mention d'une église à Valergues dédiée à Sainte Agathe, siège d'un prieuré dépendant de l'abbaye de Psalmodi (proche de Saint Laurent d'Aigouzes), elle-même se rattachant au diocèse de Maguelonne.

La voûte en berceau a été refaite en 1643. En 1737, on perça le mur nord de la troisième travée pour élever la chapelle Saint Sébastien (aujourd'hui appelée Chapelle de la Vierge).

Pendant la révolution, le prieuré Sainte Agathe a été vendu comme bien national. On s'en est servi de grenier. En 1859, une sacristie fut construite, démolie en 2005 suite aux travaux de restauration 1ère tranche de l'abside.

En 1870, une porte sud de l'église a été restaurée pour devenir la porte d'entrée principale. A l'origine, le portail d'entrée se situait sur le flanc nord de la première travée. Il a été muré en 1875 et est caché dans une remise de particulier.

L'INTERIEUR

L'église est constituée d'une nef simple à vaisseau unique de 20.50 m sur 8.25 m. La nef est divisée en trois travées, séparées par des arcs doubleaux, et terminée à l'est par une abside semi-circulaire. La voûte a été refaite en 1643.

Auparavant, elle était en bois. Le mur triomphal est percé d'un oculus qui représente les armes de la ville qui sont d'azur, à cinq étoiles d'or passées en sautoir.

Le vitrail représente la patronne du village Sainte Agathe, tenant la palme du martyr. Sainte Agathe née à Catane en Sicile a été torturée comme chrétienne, elle est représentée portant ses seins sur un plateau. Avant de mourir, elle dit à son bourreau « homme cruel, ne te souvient-il plus de ta mère et des seins qui t’ont nourri pour me mutiler de la sorte ». Sainte Agathe est également patronne de l’île de Malte.

Le maître autel est en marbre de Carrare, des Pyrénées et de l’île de Pôros. Cet autel, déplacé en 2005, lors des travaux de réhabilitation, provient de l’abbaye de Vignogoul près de Pignan. Transporté après la Révolution, il est surmonté d’une « gloire » en marbre blanc, avec figures d’anges, rayons en diadème royal. Les vitraux ont été refaits en 2007.

La largeur de l’édifice, étant plus grande au sommet qu’à la base (différence de 20 cm), marque la symbolique d’une église navire mythique, dont la coque est la voûte qui porte les chrétiens dans ses flancs de pierre et dirige leur marche vers le ciel.

A remarquer, des roues solaires dans l’abside au dessus de l’autel, il s’agit probablement de matériaux provenant d’une église wisigothique (IVème siècle) du temps de la Septimanie, également un minuscule escalier aménagé dans l’épaisseur de la maçonnerie. Ceci est fort curieux car d’une part, il est condamné et d’autre part il semble trop étroit pour qu’une personne puisse l’utiliser. Peut être a-t-il été conçu pour pouvoir accéder au clocher ? Aucun élément ne nous permet d’expliciter réellement sa fonction.

L’EXTERIEUR

L’église a été intégralement restaurée en 2007 y compris la réfection de la toiture, le parvis et l’éclairage en 2009.

1. L’abside donnant sur le plan Jean Paul II, présente un décor d’arcatures gemisées, la fenêtre axiale placée entre deux bandes lombardes. (strie, chevrons, torsades,…)

2. La Nef : le mur sud (Place Alfred Rivière) est orné d’arcatures lombardes. Les baies de fenêtres possèdent une voussure torique qui retombe sur des chapiteaux décorés tantôt d’acanthes, tantôt d’oiseaux, tantôt de personnages. Des signes sont gravés dans les moellons, une pointe de flèche, signe gravé par l’ouvrier qui a taillé la pierre, un cadran solaire, des cercles enserrant une marguerite à 6 pétales, toujours d’inspiration wisigothique. Les murs ont une épaisseur d’1.35m.

3. Le Portail Sud : la porte méridionale est d’origine romane, l’encadrement extérieur a été refait au XIXème siècle. Les voussures du berceau reposent sur des chapiteaux sculptés de feuillages. L’entrée n’a d’anciennes que deux têtes grimaçantes sur lesquelles repose l’arc principal. Au dessus, a été érigée en 1875, une statue en bronze sur un piédestal représentant l’Immaculée Conception. Le parvis a été refait en 2009, en pierre de Roquemaillère, carrière romaine située à Nîmes d’une grande qualité aux reflets gris bleus.

4. Le Campanile : la cloche date de 1713, et porte le nom de Marie, sa marraine, veuve du Maire. Sur la cloche est écrit une inscription lation :

« A FULGUE ET TEMPESTATE LIBERA NOS DOMINE SANTA AGATHA, ORA PRONOBIS »

Il faut se souvenir que Sainte Agathe, née à Catane au pied de l’Etna, est vénérée par les Siciliens pour sa protection des caprices du volcan. Patronne de Malte (possession anglaise pendant la seconde guerre mondiale), elle aurait protégée l’île des bombes allemandes de la LufTwafen.

En 2006, l’Evêque de Montpellier, Monseigneur Azéma, a béni une nouvelle cloche, installée dans le campanile, qui a pour marraine Clarisse, conseillère municipale et pour parrain Bruno, responsable des cérémonies religieuses.

Monsieur Reynes, instituteur de notre village jusqu’en 1958, qui nous a quitté en 2008, a écrit un poème sur Valergues avec ces vers consacrés à notre église :

« Avancez dans ses rues peut être un peu trop plates

la voici : une église au vieux porche roman,

Avec un toit moussu,

Avec ses tentes mates

Et son petit clocher qui chante dans le vent !! »

En occitan

« Avançats dins sas carrieras benleù un pauc platas

Es aqui sa gleisa al vièlh porge roman,

Amb sa teulada mossuda,

Amb sas colors matas,

E son pitchon cloquier que canta dins le vent !! »

 

LA TOUR DE L’HORLOGE

 Une tour, haute de 22 mètres sert de base à une horloge à quadruple cadran. Ce monument, érigée en 1895, a coûté 12 000 francs de l’époque. Restauré en partie pour son centième anniversaire (fontaine) en 1997.

Lors des travaux de réfection de la place un puits a été découvert et mis en valeur. Du haut de l’horloge, le panorama porte jusqu’aux Cévennes au nord, les étangs et la Grande Motte au sud, et à l’ouest le château de Castries.

Du haut de l’horloge, la vue s’étend sur le vieux village, les constructions neuves et les 519 hectares de notre commune, terres agricoles au sud, bois, landes et garrigues au nord.

Elle est couronnée d’une flèche en fer forgée supportant cloche et girouette qui rappellent le clocher d’une église.

Cette construction unique en son genre dans la région rappelle pour certains les beffrois du nord et pour d’autres les phares bretons.

 

LE CHATEAU

Le village de Valergues n’a jamais eu de château au sens féodal du terme. Une habitation datant du XVIIIème siècle en offre l’apparence et en pris le titre.

Un avocat puis un trésorier de France l’ont fait construire et le parc a été tracé dans le style de Versailles, avec des pièces d’eau alimentées par deux puits dont l’un était situé dans une vigne malheureusement détruite lors de la construction du lotissement du Château. Le puits actuel a été restauré lors de l’achat du Château en 2006, c’est un ouvrage remarquable, appelé dans notre région « pouzaranque » (en occitan : puiser l’eau).

Le parc, dont la grande moitié a été acheté par la commune, a été remanié en 1844. Sur la façade du Château subsistent les armoiries de Monsieur de Tourtoulon, propriétaire au XIXème siècle, d’azur à la tour crénelée d’argent, ouverte, ajourée et maçonnée de sable, surmontée d’un étendard de deux bandes ondoyantes d’argent, en pointe une molette d’éperon d’or. Le tout est supporté par deux lions et surmonté d’une couronne de marquis.

Remarquez également la devise « TURNIS HOSTI, TURTU AMICO » (forteresse pour les ennemis, colombe pour les amis).

 Deux figures de propriétaires :

Antoine de Tourtoulon, d’origine Italienne par sa mère, celle-ci étant liée au Cardinal Annibale della Genga, Pape, sous le nom de Léon XII, était un homme de lettres. Pièce de théâtre, pensées, maximes et portraits, poésie dont une cantate à Sainte Agathe (non imprimée). Il créa à l’intérieur du Château un théâtre de lanterne magique d’ombres chinoises. Tous les valerguois venaient assister à ce spectacle (la comedia, etc…). Il avait aussi de jolies collections d’oiseaux empaillés et d’insectes, plus une machine électrique, il est décédé en 1870.

Charles de Tourtoulon, son fils, à qui Valergues a donné le nom d’une rue. Charles étudia successivement le droit, la médecine, les finances et l’administration. Historien, homme de lettres, il écrivit également des Vaudevilles ou opéras comiques. Son chef d’œuvre historique est l’histoire de « JACME 1er LE CONQUERANT, ROI D’ARAGON », la reine d’Espagne lui conféra la croix de Grand Officier de l’Ordre d’Isabelle et il fut nommé correspondant de l’académie royale des sciences morales et politiques. Avec d’autres savants, il fonda la Société et la Revue des Langues Romanes. Le ministre de l’instruction publique l’a également chargé d’une mission qui consistait à fixer les limites exactes entre la langue d’Oïl et la langue d’Oc.

A l’époque, le Château véritable folie de Montpellier comptait 23 pièces parmi lesquelles un cellier de 350 hectolitres de foudres.

Le Château laissé à l’abandon pendant près de 50 ans a été racheté par une famille en 2005 et restauré. Seul le jardin, le puits et la façade sont à contempler. Les appartements sont privés et n’ont aucun intérêt historique.

 

POUZARENQUE (NORIA)

L'invention de la Noria, puits à eau, appelée « Pouzarenque » dans le midi, remonte à la plus haute antiquité. Des godets étaient attachés sur une chaîne pour puiser l'eau au fond du puits. L'âne tournait autour, attelé à une barre de fer ou en bois actionnant un mécanisme d'engrenage.

Ce puits se trouve dans le parc à côté du jardin des cigales. Un autre très beau puits existe dans la cour du Château de Tourtoulon, ainsi que dans une propriété Chemin des Olivettes.

 

Partenaires

Logo Pays de l'OrLogo Hérault




Plan de Valergues

Plan de Valergues
Plan de Valergues sur Google Map



Nous contacter

Mairie de Valergues

Place de l'Horloge
34130 VALERGUES
(FRANCE)

Tél. 04 67 86 74 80
Fax: 04 67 86 36 99

Horaires d'Ouverture:
Lundi : 9 à 12 h
Mardi :  9 à 12 h / 14 à 17 h
Mercredi : 16 à 20 h
Jeudi : 9 à 12 h / 14 à 17 h
Vendredi : 9 à 12 h


Contactez nous : Remplissez le formulaire


Réseaux sociaux

Retrouvez nous sur Facebook